Les décharges sont de plus en plus utilisées pour la construction de fermes solaires. Bâtir sur des sites contaminés peut s’avérer compliqué, mais cela aide à la mise en valeur de ses zones.

Lorsqu’on parle de panneaux solaires, on les imagine directement sur les toits des habitations. Or, les acteurs de l’énergie solaire savent pertinemment que ce ne sont pas nos logements qui donneront les meilleurs rendements. Les toits de supermarché, les champs ou encore les déserts… les zones à haut potentiel sont nombreuses. Et l’une d’entre elles attire de plus en plus d’intérêt : les décharges.

Aux Etats-Unis, une grande ferme solaire de 4,7 MW a été installée dans une décharge de l’Etat de l’Utah, à Spanish Fork et va démarrer son activité durant cet été 2021. Selon PV-Magazine, les panneaux disposés sur plus de 100 000 m² devraient générer l’énergie suffisante pour alimenter près de 3 000 habitations. Cette idée d’utiliser les anciennes décharges pour construire des centrales photovoltaïques se développe déjà sur le sol français.

Les fermes solaires dans les décharges se développent rapidement – Source : Gustavo Fring (Pexels)

Construire une ferme solaire sur un site contaminé

Il est vrai que le choix de ce site peut étonner, mais cela présente de nombreux avantages. Premièrement, ces sites de décharges permettent de mettre en valeur des terrains inexploitables, au départ.

La municipalité d’Ecuisses, en France, explique que l’ancienne décharge où seront installés les panneaux solaires n’aurait jamais pu être transformée “en quartier résidentiel ou en surface agricole”. Ce genre de site permet d’obtenir plus d’espace foncier au sein de la ville, pour d’autres constructions.

L’essor autour de l’implantation de panneaux solaires dans les décharges ne cesse d’augmenter. Dans un rapport datant d’octobre 2020, l’Agence de la Protection de l’Environnement américaine (EPA), il est indiqué que le nombre de projets de production d’énergies renouvelables sur de vieux sites contaminés est en hausse, depuis 2008, aux Etats-Unis. « À l’heure actuelle, nous avons pu recenser 245 projets de production solaire localisés sur d’anciennes décharges. Plus de 218 d’entre eux ont été achevés entre 2012 et 2020 », souligne l’EPA.

Cependant, mettre en place une ferme solaire sur ce genre de sites est une tâche des plus complexes qu’il faut accomplir avec le plus grand soin. Par exemple, l’ancienne décharge de Bordeaux est enveloppée dans une membrane, placée à 30cm de profondeur, afin d’anticiper les infiltrations d’eau. ll est alors impossible de poser des panneaux solaires sur des pics placés dans le sol, comme cela doit se pratiquer habituellement.

Un article des Echos mentionne qu’il a fallu créer un système unique avec des lests de béton et aménager des pistes pour que les camions puissent se déplacer.

Cette solution de fermes solaires dans les décharges devrait se développer en France dans les prochaines années, elle permettrait d’ailleurs de contribuer à la transition énergétique et à la neutralité carbone, prévue pour 2050.

Source : Numerama, PV Magazine

Related Posts